La Cuma de l’espoir mise sur un déchaumeur Duro Compil

Le Duro Compil déchaume, détruit les couverts, enfouit les cannes de maïs et prépare le sol pour les semis de céréales. Avec un semoir sur le relevage avant, l’opérateur sème en un passage.

En trois mois de travail, le nouveau déchaumeur a séduit les adhérents de la Cuma de l’Espoir, de Saint- Gérand. Michel Uzenot, son président, raconte : « Je n’imaginais pas une telle qualité de travail du sol. Nous avons vendu notre ancien cover crop sans regret ». Le Compil est disponible en 4 m, 5 m, 6,30 m ou 7,10 m de largeur de travail. Il se compose de quatre rangs de bêches roulantes et d’un double rouleau arrière. En déchaumage ou destruction de couverts végétaux, les résidus ne sont pas enfouis mais mélangés à l’épaisseur de sol travaillée, où ils se dégradent naturellement. L’électronique de bord règle la profondeur de l’outil.

Semis direct de céréales dans un couvert de moutarde ou après maïs, lors d'une démonstration à Noyal-Pontivy.
Semis direct de céréales dans un couvert de moutarde ou après maïs, lors d'une démonstration à Noyal-Pontivy.

Semis direct de céréales dans un couvert de moutarde ou après maïs, lors d’une démonstration à Noyal-Pontivy.

« Il travaille aux alentours de 5 ha par heure, en fonction de la taille des parcelles. La prestation est de 30 €/ha ». Avec une qualité satisfaisante. « Même après des fanes de maïs, le lit de semence est impressionnant ». L’appareil est très polyvalent et permet un travail à faible profondeur sans lissage avec une bonne remontée capillaire. Pour détruire une prairie, il est également plus efficace qu’un cover crop, selon les adhérents. La Cuma se contente, pour le moment, de préparer la terre avec cet outil. Ensuite, les semis sont réalisés par un semoir Vaderstad Rapid à raison de 3 ha par heure (prestation à partir de 30 €/ha). La Cuma propose ses services aux non-adhérents.

Semis direct

Le déchaumeur était en démonstration, la semaine dernière. Le tracteur était, pour l’occasion, équipé d’un semoir, sur le relevage avant. « Avant d’acheter l’outil, nous avons visité des exploitations qui sèment ainsi leurs céréales, leurs couverts végétaux et les plantes fourragères (autres que le maïs). Nous avons un semoir performant (Vaderstad), avec lequel nous avons une saison de recul. Mais, à l’avenir, nous pourrions semer les couverts de cette manière, en disposant un semoir à l’avant du tracteur ». Le déchaumeur coûte entre 50 000 € et 74 000 €, selon sa largeur.

L’axe des trains de bêches forme un angle léger par rapport à l’axe d’avancement du tracteur : il s’en suit un déplacement latéral des bêches lors de la progression de l’outil. En associant l’avancement et le mouvement latéral, la pointe de la bêche décrit un arc de cercle entre sa pénétration dans le sol et sa sortie. Il en résulte un mouvement d’arrachement en « coup de cuillère ».L’axe des trains de bêches forme un angle léger par rapport à l’axe d’avancement du tracteur : il s’en suit un déplacement latéral des bêches lors de la progression de l’outil. En associant l’avancement et le mouvement latéral, la pointe de la bêche décrit un arc de cercle entre sa pénétration dans le sol et sa sortie. Il en résulte un mouvement d’arrachement en « coup de cuillère ».

(source: http://www.paysan-breton.fr/feed/)