INOSYS et la prédation du loup

Quels cas-types pour cette étude ?

9 cas-types constituent le support de cette étude : 1 cas-types dans les Alpes-Maritimes, 4 cas-types dans les Préalpes, 1 cas-types dans les Alpes du Sud, 3 cas-types Montagnards et enfin 1 cas-type Haut Montagnard. Deux d’entre eux sont des exploitations-types diversifiées, les autres sont spécialisées, avec des troupeaux sédentaires ou transhumants.

Quels sont les principaux résultats de l’étude ?

  • Le coût de la mise en place des moyens de protection s’élève de 14 500 € à 28 000 €. Leur prise en charge est très partielle et implique un restant à charge pour l’éleveur de 5 100 € à 11 400 €, soit selon les cas-types entre 14 € et 29 € par brebis.
  • Si on applique ces hypothèses de baisse de fertilité à notre panel de cas-types (c.f. étude complète), le cumul des pertes indirectes est estimé entre 14 et 80 agneaux qui ne sont pas nés des suites des attaques de loup et du stress engendré sur le troupeau.
  • Avec la méthodologie utilisée (c.f. étude complète), une perte de productivité de 5 %, induit une perte de marge brute qui varie de 1 200 € à 2 900 € (soit 4 à 6 €/brebis), en fonction du cas-type. Une perte de productivité de 15 %, induit une perte de marge brute qui varie de 3 600 € et 6 600 € (soit 10 à 16 €/brebis).

Découvrez l’étude complète

Analyse des conséquences de l’exposition au risque de prédation par le loup sur les élevages ovins de la région Sud – Etude sur cas-type (2020)

(source: https://chambres-agriculture.fr/flux-rss/flux-rss-actualite/flux.rss)

Comments are closed.